© 2019 Voile Aventure Golfe Saint-Laurent    418-969-7892

Étape 3: Les îles Canaries

On débute notre aventure aux îles Canaries par  notre première escale à Graciosa, avec une bonne baignade autour du bateau. Nous pouvons voir se dresser devant nous des montagnes complètement désertes. Les falaises de l’île Lanzarote en face sont impressionnantes. Après plusieurs appels pour une place à la marina, on a la confirmation qu’ il faudra aller au mouillage, petite déception pour l’équipage, après 5 jours de navigation la douche aurait été bien venue. Mais en fin de course l’expérience à l’ancre a été formidable et quelle splendide vue que ce mouillage nous offre.

 

 

 Une fois l’annexe (petite embarcation pneumatique) gonflée direction le village de Caléta de Sebo. Cette île qui compte environ? habitants. Ses rues en terre et ses maisons blanches, donnent un cachet très particulier.  

Pierre

Lyne

Jean

Grégory

Pierre

Par la suite retour au voilier pour l’apéro et le souper. Le mouillage nous permet d’avoir un magnifique coucher de soleil avec toutes ces couleurs rouge orangé. Chaque voilier étant équipé d’un feu de mouillage,une fois la nuit complètement  tombée,  on se croirait être au milieu de chandelles géantes.

Pour notre deuxième journée, nous naviguons vers l’île de Lanzarote.

Pour notre arrivée au port, après 4 heures de moteur, tout se déroule bien ; nous sommes situés dans la marina de Arrécife, la capitale de l’île. Disons que pour une première fois le décor nous déçoit, la marina est située en face d’un quartier industriel et les bâtiments qui sont visibles nécessiteraient bien un peu d’entretien. La marina cependant est impeccable. 

En se promenant dans les rues, Jean en profite pour donner la main à un agent :-)

Un petit bar bien sympathique, près de la marina ou nous allons prendre une bière en fin  d'après-midi, un mur à notre disposition nous permet de faire un peu de publicité et laisser un peu de notre chez nous , aux Canaries. 

La visite de l’île nous donne plusieurs points de vue magnifiques. Lanzarote est une île ou dans un passé pas si lointain  se produisaient toujours des éruptions volcaniques. Les couleurs, avec la lumière de ce jour-là, que ces montagnes nous offrent, mélangées avec le blanc des maisons et le vert des îlots de végétation, sont incroyables. Une petite randonnée nous amène sur le haut d’une montagne et nous permet d’apprécier à sa juste valeur la beauté de cette île.

On complète notre visite de l’île par un arrêt à Playa Blanca (plage blanche). Le trajet en bus nous fait voir des champs de lave encore noire qui témoignent bien des origines de cette île. Arrivés à la station balnéaire de Playa Blanca, nous empruntons une voie piétonnière qui nous fait longer l’océan, un endroit très UP pour les touristes qui y passent leurs séjours. On dirait même, que c’est le plus beau village de Lanzarote. Par contre, ils ne sont pas gâtés ,côté plage : deux petites surfaces de sable ou s’entassent plusieurs personnes sous leur parasol. Pour le reste, l’accès à la mer s’effectue par des escaliers directement installés dans la paroi rocheuse.

30 octobre

Sur un voilier, il y a toujours quelques tâches à réaliser, ce matin une partie de l’équipage s’occupe de l’épicerie pour trois jours, d’autres membres s’occupent de l’entretien du voilier et de  l’approvisionnement en eau, pendant ce temps là, Patricia s’active en préparant le repas de midi, qu’on prendra en mer. Une fois l’épicerie rangée, c’est le départ et chaque membre reprend son rôle pour assurer une sortie de port sans embûche. Après 4 nuits à Lanzarote, une petite journée de navigation de 3 heures par un vent favorable  nous amène à notre  mouillage à l'île de Lobos. Pour choisir ou poser l'ancre, il faut tenir compte d'une belle vague  déferlante sur la gauche et de quelques bateaux sur la droite. Une fois l’ancre jetée, une baignade et par la suite on organise le voilier pour l’apéro, installation du bimini (toile protectrice au dessus du cockpit ) pour nous assurer le confort de l’ombre.

31 octobre

Contrairement au premier mouillage la nuit a été plutôt agitée, une houle irrégulière  nous a plus que bercés, mais au réveil soleil et chaleur étaient au rendez-vous. 

Le matin de notre départ du mouillage, nous naviguons avec un  vent arrière 9-10 nks , pendant ce temps là, Caro en profite pour faire les  galettes de poisson et  Jean prépare la salade comme accompagnement. 

Nous prévoyons de naviguer vers Morro Jable, une ville avec port au sud de Fuerteventura pour un arrêt d’une nuit et départ tôt pour Grande Canaria. La navigation est agréable mais toujours un peu difficile, car c’est un vent en majorité arrière. Et le coup de vent annoncé en fin de journée nous tombe dessus vers 14h, alors on réajuste le plan, car au bout de 30 mn, en prenant le troisième ris, une petite avarie de voile nous oblige à nous arrêter à Gran Tarajal. 

Arrivé au port de Gran Tarajal, le capitaine propose de rester 2 nuits à quai et de reprendre la navigation le 02 vers 15h, le temps que le vent s'affaiblisse un peu. Donc on en profitera pour louer une voiture ,faire le tour de l'île et de visiter quelques spots .

Fuertaventura est une île différente de Lanzarote, le paysage est aussi austère mais la population travaille très fort pour réaliser des plantations locales. Tout au long de la journée, nous pouvons observer des murets de pierres qui délimitent des zones agricole. La vie devait être rude avant l’arrivée de la modernité.

 

Notre premier arrêt consiste à visiter une saline d’eau de mer. Le principe est simple on rempli des bassins d’eau par la suite après un certain temps on récolte du sel. Si le principe est simple, faire un sel de qualité est un art. Il existe encore plusieurs salines à travers le monde car le sel est l’outil qui a permis à plusieurs civilisations de conserver leur nourriture et assurer leur survie.

Deuxième arrêt est la ville balnéaire de l’Espagne qui est un pays ou la culture est mis de l’avant, nous pouvons voir plusieurs œuvres d’artistes espagnol tout au long de notre séjour. Ici nous avons apprécié une mural et deux statuts de bronze représentant des scènes de vie d’une famille faisant la pêche, le départ et la veille.​

Notre visite se poursuit en sillonnant les routes de l’île, et le contraste entre les décors des villes de bord de mer et l’arrière pays est impressionnant.

 

La visite s’interrompt par le repas du midi, dans le village ou nous en profiterons pour faire la baignade. La  mer est agîtée, par contre jouer dans les vagues est toujours un plaisir d’enfant que nous aimons renouveler.

La journée s’achève et le retour d’effectue en passant par Sota Vento un endroit reconnu pour la planche à voile et le Kitsurf.

 

Demain préparatif, car nous continuerons notre route vers notre prochaine escale à Ténérif, une navigation d’une distance de 125 mn.

 

A+ on se parle à Tenerife.

04 octobre

Notre traversé s’est bien déroulée, un vent de travers nous a fait progresser à un rytme d’environ 6 nœuds. Ce qui pour nous est une bonne allure. Notre passage de nuit près de la cote de l’île de Grand Canaria nous offrent des images spendides.

Au petit matin ,notre ami Pierre en profite pour mettre la ligne à l'eau,  à peine déroulée sa ligne, un poisson mordre à l'hameçon... donc à l'apéro on aura un bon tartare à déguster.

Notre arrivée à la marina de Santa Cruz sur l'île de Tenerife n’est pas simple, un bon vent complique un peu la manoeuvre,  l’endroit désigné implique l’utilisation d’un corps mort (point d’ancrage fixe dans le fond du bassin) que nous devons récupérer et installer. Une fois la manœuvre réalisée on s’installe pour le repas du midi, une  bonne bière froide est bien méritée.

Pour notre séjour sur Tenerife nous louons une voiture pour en faire la visite, les dames sont prêtes pour la sortie touristique .

Une visite à Bajamar pour prendre le repas du midi et explorer ce magnifique endroit avec ces bains naturels.

Notre visite se poursuit en direction du mont Teide, avec son sommet à plus de 3700m. Tenerife est l’île la plus habitée avec plus de 800 000 habitants de ces Îles Canaries. Sur notre route nous pouvons observer quelques grands centres et plusieurs plantations de bananes, une industrie importante sur Tenerife.

Notre arrivée prêt du sommet du Teide à plus de 2000 m d’altitudes nous donne des paysages grandiose. Nous pouvons encore aujourd’ hui observer les traces de sa dernière éruption au 18 ième siècles.

Dernière arrêt avant notre retour El Modano, un endroit reconnu de planche à voile et de kite. L’ile de Tenerife est beaucoup moins sauvage que les îles précédentes, cependant ces décors avec sa végétation nous ont donné des images de cartes postales. Un arrêt s’impose si vous avez la possibilité de vous rendre dans l’archipel des Canaries.

06 Novembre

Départ de Ténérif pour une navigation d' environ  60mn direction la marina de La Gomera....

Plus on avance dans la navigation plus le décore est fabuleux, avec tous ces montagnes et ces maisons colorées. Nous pouvons y voir un cratère volcanique, juste au bord de la mer,ensuite ce phare en travers cette roche volcanique et cette lumière ,que je trouvait vraiment magnifique. j'adore les phares .

Arrivée à la marina de La Goméra à 20h45 avec des pointe à 35-36 nds ,avec vent de travers, je peux vous dire que c'était pas le temps de prendre des photos ,d'ailleurs nous serons ici plus longtemps que prévue,vue la plage météo qui est pas favorable à la navigation . Ce qui nous donnera amplement le temps de visiter l'île ,on vous revient avec des nouvelles plus tard A+