© 2019 Voile Aventure Golfe Saint-Laurent    418-969-7892

Prévisions météorologique îles de la Madeleine

Échelle de Beaufort

Afin de situer l’état de la mer avec les effets du vent, on utilise l’échelle Beaufort.

Le voilier

Ce qui est difficile au début lorsqu’on débute en voile c’est tout le vocabulaire à apprendre… On hésite, on ne se rappelle plus de tous les noms, mais à force de parler « marin », rassurez-vous cela viendra vite.

Ouais enfin… pourquoi s’emm…bêter avec tout ce vocabulaire ? Tellement plus simple de parler en français, tout le monde comprend si je dis « Attrape-moi voir le bout de corde là, celui qui tient la grande voile et permet de la diriger et tires dessus… ».

C’est vrai, sauf qu’il n’est pas certain que la personne aura compris ce que vous lui demandiez. En parlant « marin », la même phrase pourrait se résumer à « Borde l’écoute de GV ». Dans un moment de panique ou d’urgence, avec une mer déchaînée : c’est plus court, plus clair et plus précis. Donc plus aucune excuse : attaquons !

Débutons avec quelques éléments que vous retrouverez sur la plupart des voiliers.

  1. Barre. Elle peut être à roue (comme un volant, c’est le cas sur la photo) ou franche (comme une barre qu’on tire ou pousse). Certains voiliers ont 2 barres de chaque côté, cela permet au barreur de se mettre du côté le plus confortable et avec la meilleure vue.

  2. Cockpit. La zone où l’on pilote. C’est aussi ici qu’on peut prendre l’apéro manger l’été.

  3. Descente.  Les escaliers pour accéder à l’intérieur du voilier.

  4. Balcon arrière. C’est la balustrade. L’arrière du bateau s’appelle poupe.

  5. Balcon avant. L’avant du bateau s’appelle la proue. La pointe avant de la coque s’appelle l’étrave.

  6. Mât.

  7. Bôme. Pour maintenir et orienter la voile.

  8. Vit-de-mulet. Permet d’articuler les le mât et la bôme ensemble.

  9. Pied de mât.

  10. Rouf. Zone surélevée autour de la descente.

  11. Chandelier. Ce sont les petits piquets sur les côtés du bateau.

  12. Filière. Il s’agit du câble faisant le tour du bateau pour ne pas tomber. Elle est tenue par les chandeliers.

  13. Davier. Poulie par laquelle on fait passer la chaîne pour jeter l’ancre.

Le gréement c’est l’ensemble des éléments permettant de faire avancer le bateau à la voile. Il y a :

  • Le gréement courant, ce sont les parties mobiles sur lesquelles vous ferez les réglages : voiles, cordes…

  • Le gréement dormant, ce sont les parties fixes : le mât, la bôme et les câbles suivants :

  1. Hauban. (en orange) Retiens le mat latéralement.

  2. Barre de flèche. Éloigne les haubans pour augmenter leur force.

  3. Étai. (en bleu) Retiens le mat vers l’avant.

  4. Pataras. (en rouge) Retiens le mat vers l’arrière.

Euh, mais çà sert vraiment tous ces machins ?

Oui oui… Déjà à tenir le mat, mais aussi à faire des réglages. On peut régler les tendres plus ou moins, pour cintrer le mât (lui donner une courbe), on peut aussi utiliser l’étai pour accrocher une voile… Nous verrons çà plus tard, pour le moment essayez de retenir leurs noms.

Voyons à présent comment se présente le dessous.

  1. Safran. C’est une « aile » qui s’oriente pour aller à gauche ou droite.
    La barre et le safran composent le gouvernail.

  2. Coque. C’est ce qui permet de flotter. La partie sous l’eau de la coque s’appelle la carène.

  3. Lest ou bulbe. Permet de faire contrepoids lorsque le bateau se penche.

  4. Quille. Permet au voilier de rester en équilibre grâce au lest.

  1. Vu que le bateau a une quille, il s’appelle un quillard.

Il n’y a parfois pas de lest sur la quille, elle s’appelle alors une dérive. L’avantage est qu’on peut la remonter de l’eau pour que la coque soit plate, pour se poser sur le sable par exemple, le bateau s’appelle alors un dériveur.